Trois concerts, trois univers, trois voyages

Trois concerts, trois univers, trois voyages. Le tout avec l’acoustique impeccable de ce bon vieux théâtre municipal qui se meurt à petits feux. Le trompettiste Bart Maris crépusculaire y évoluait dans une étonnante installation de magnétophones à bande. Plus tard, le duo Colin/Zekri nous faisait entrer dans la fragilité d’une conversation intime et l’extraordinaire voyage proposé par le clarinettiste Yom et ses compères, imposait une ode pleine d’émotions aux exilés, aux peuples poussés vers l’exode, à la résonance particulièrement contemporaine. Déchirant et beau. Une envie de partage sur scène et bien au delà qui va droit au cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page