Portal, Cuba, Hendrix…

Quel tryptique !

A la Médiathèque d’abord avec Michel Portal sur l’écran, entre Mozart, le free, Boulez, avec Galliano, Kühn en 1968, sur la plage à Bayonne, en quête encore et toujours. Superbe fringale !

Renouer avec les Festa Latina quel plaisir ! Le déhanchement partagé, les sourires, l’énergie des cubains. Il faudra remettre le couvert…

Et puis cet après-midi, Hendrix à nouveau sur écran, complètement incendié dans et hors de son temps, un météore noir incandescent au centre d’un milieu rock blanc éberlué et un peu jaloux. Hendrix, constamment en avance jusqu’à avoir dépassé son ombre… Finalement quand on meurt jeune on n’a pas pris ne ride.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour en haut de page