Intensité et complicité fougueuse…

Première soirée hier au Théâtre Municipal, lieu oh combien lié à l’histoire du Festival.

Devant plus de 300 personnes, 5 dames posent le décor d’une musique exutoire et profonde, une complainte poétique, un instant grave en terre bédouine autour de la voix prégnante de la chanteuse palestinienne Kamilya Jubran. Un navire de sable au gouvernail duquel on est subjugué par la contrebassiste Sarah Murcia…

Changement de décor… Vincent Peirani impétueux attend Michel Portal au coin des bois… pour une embardée complice et vivifiante. Ce quasi octogénaire n’a pas d’âge lorsqu’il chevauche ainsi la musique avec un grand « M ». Et tout à coup la magie apparut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page