Dernier week-end du festival

Dernier week-end du festival, en pente douce avant le feu d’artifice ? Eh bien, pas tant que ça.
Vendredi longue soirée au cinéma au cœur de l’Afrique. Passionnante plongée dans l’Afrique du sud de l’apartheid avec un film de Rogosin qui influença la nouvelle vague américaine, de Cassavettes à Scorcese…puis un film très récent, Félicité, qui narre l’âpreté du combat d’une femme dans le Kinshasa actuel…un film à revoir encore…
Un pas de côté samedi avec Samarabalouf à Vinochope, l’ambiance est à la bonne humeur.
Notre final est majestueux. Youn Sun Nah que nous espérions présenter depuis six ans nous gratifie d’un concert rare. Le répertoire qu’elle a choisi pour cette tournée est pourtant tout ce qu’il y a de banal …ou presque, car ce n’est forcément tous les jours que l’on écoute, Joni MitchellTom Waitsou Jimi Hendrix. Mais la rareté du moment précieux passé ensemble (le Théâtre de l’Archipel Perpignan est archi comble…) réside dans l’extraordinaire mélange de fragilité aérienne et de force terrienne qui habite cette chanteuse aux possibilités vocales immenses.
L’équipage qui l’entoure est aux aguets, lumineux et modeste, et avec un naturel confondant, la voix de Youn Sun Nah passe du susurrement à l’éclat, du scat le plus affolant à la balade presque tranquille. Contes de la lune vague après la pluie…
Rendez-vous en janvier pour notre soirée de présentation de saison….

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut de page