Chronique du Festival Jazzèbre 2015

 

Airelle Besson - Nelson VerasDuo intimiste, de douce complicité,  salué un peu partout sur les scènes des festivals actuellement, Airelle Besson et Nelson Veras sont sur la scène du Chateau de Prat de Cest le 2 octobre…

Extraits d’un interview croisé paru dans Jazz News en novembre 2014

“Ils se respectent et s’ apprécient, c’est une chose entendue (“il est totalement imprévisible, et il a un langage sophistiqué, mais incroyable de rigueur…”…”dès le début, il y a une affinité entre nous, et avec elle, à chaque concert, tout recommence”).Mais les bons sentiments faisant rarement de la bonne musique, il y a une entre eux, quelque chose en plus, quelque chose de pas vraiment concerté.
NV Chaque fois qu’on joue, c’est différent. En concert, l’improvisation est l’élément le plus identifiable…Notre musique est un dialogue.
AB On ne veut rien démontrer, ni prouver qu’on sait très vite ou des choses techniques. On se situe sur d’autres modes de jeu. Sur ce point-là, peut être qu’une certaine forme de télépathie intervient…..Le format du duo, et celui-ci tout particulièrement,  demande une concentration extrême,  une grande condition physique et intellectuelle, car il faut être à l’affût de tout ce qui se passe….

 

 

© Olivier Hoffschir

© Olivier Hoffschir

Nzimbu, le projet du pianiste congolais Ray Lema, sur la scène de la salle de l’Union, le 26 septembre à Céret….

 

Nzimbu en langue kikongo signifie le chant et aussi la fortune, quand des petits coquillages, les cauris, servaient encore de monnaie d’échange.
Nzimbu, c’est trois générations de voix réunissant les deux Congos. C’est un hommage au patrimoine vocal de ces pays. Des forêts où vivent les pygmées au tumultes de Kinshasa ou Brazzaville. Nous sommes habitués aux voix de l’Afrique de l’Ouest, souvent haut perchés, aux rythmiques assez électriques, nous voilà dans la douceur, les polyphonies raffinées des mélodies traditionnelles du centre ouest du continent africain. Les Congos souffrent, et les musiciens nous le disent, mais leurs mélopées nous transmettent subtilement une joie sincère de partager.
L’album sorti en janvier 2015 a été salué par la presse unanime….

 

 

 

©Stephane_Thabouret

©Stephane_Thabouret

Inviter Philippe Torreton et Allain Leprest pendant le Festival peut vous paraitre hors sujet. Pourtant quelquechose nous dit que vous serez émus comme nous par ce spectacle de cet acteur hors du commun aux prises avec des textes vifs et poétiques, et puis, vous y reconnaîtrez un batteur expressif, Edward Perraud, souvent invité de Jazzèbre, au jeu très gestuel, presque chorégraphique….
Philippe Torreton: “Allain venait de Rouen, comme moi, nous avions des amis communs…. J’ai toujours vécu comme une blessure que le grand public ne connaisse pas cet artiste, ce grand poète. …Dire du Leprest comme on dirait du Rimbaud pour l’écriture elle même. Car si ses textes font naître des visages des rues, des misères d’enfance et des bonheurs en jupes, ce ne sont des pièces de théâtre, ni des sketchs, je ne voulais pas les prendre à bras le corps mais à bras l’âme. Edward est un percussionniste génial, un poète du son, un chercheur-fonceur. Sur scène,  nous dialoguons, nous sommes unis et libres comme le demande le jazz et cette liberté colle bien aux textes d’Allain….”

 

 

© Niko Rodamel

© Niko Rodamel

A Alenya, avec les Vendanges d’octobre,  le trio Barolo joue le 10 octobre à 18heures…
Remy Poulakis est un centaure musicien. Ancré dans le jazz autant que dans le monde de l’opéra.
D’origine crétoise, il profite des cours de son père à l’accordéon puis intègre le Conservatoire de Lyon et y obtient une médaille d’or à l’unanimité.
Mais son intérêt pour la voix l’amène à pousser les portes des classes lyriques…Suivrent de nombreux rôles dans Cosi Fan Tutte, Madame Butterfly, Le dialogue des Carmélites, Aida… Musicien généreux, Remy Poulakis s’ affranchit des genres, le trio Barolo lui permet de trouver l’équilibre entre ses deux amours…
Ce n’est pas le moindre des intérêts de ce concert étonnant.
Le ténor accordéoniste a déjà été invité par Jazzèbre avec l’Impérial Orphéon pour un Jazz et Vins il y a deux ans à La Tour de France et un très beau moment musical au bord de l’Agly….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour en haut de page